A Propos

A Propos

Fondé en Mai 2019, le Laboratoire Africain de Cyberstratégie est un espace de réflexion, d’analyse, de recherche et de production de connaissances qui concourent à l’élaboration d’une pensée stratégique du cyberespace à partir d’une perspective Africaine.

C’est un cadre ouvert à des contributions pluridisciplinaires de chercheurs, spécialistes, experts et autres universitaires qui souhaitent, par des recommandations, sensibilisations et formations, mettre leur expertise dans le domaine “cyber” au service de la communauté Africaine (institutions, gouvernements, organisations, entreprises, etc.). Tous ceux ayant un point de vu à faire valoir sont donc vivement encouragé à contribuer !

La création de ce laboratoire est une idée d’un jeune Africain qui par ses activités milite et travaille pour une transformation numérique “sécurisée” en Afrique. Consultant en Cyberdéfense et Promoteur de la startup ENA-Group (Entrepreneur-Numérique Africa Group), François-Xavier DJIMGOU a commis un ouvrage intitulé « Souveraineté numérique et Cyberdéfense : un enjeu de taille pour l’Afrique », comme une adresse utile à l’ensemble de la société africaine afin de susciter une prise de conscience généralisée sur l’ampleur et les conséquences de la « cyberguerre ». C’est d’ailleurs fort de cette contribution qu’il intervient comme enseignant bénévole à l’EPA (École Politique Africaine) de Paris pour contribuer à la formation des Africains de la diaspora sur ce thème.

Malgré l’impact positif que la révolution numérique peut avoir sur le développement des sociétés, les acteurs Etatiques ont bien observé que la rapidité et la profondeur des changements qui en découlent peuvent échapper à tout contrôle et aboutir à des dérives importantes.

C’est de là que leur vient la nécessité de mener une réflexion approfondie sur cette question, et d’élaborer une pensée du numérique adossée sur leur vision du monde; L’objectif est de mieux maîtriser l’aménagement du cyberespace, le développement et les usages de toutes ces nouvelles technologies, afin d’en tirer le meilleur au service d’une prospérité collective, tout en essayant d’éviter ou de contenir toutes les dérives qui puissent en découler.

En effet, au delà de la « simple » cybercriminalité, on assiste à une évolution rapide des types de menaces cybernétiques. Les spécialistes parlent aujourd’hui de cyberespionnage, de cyber activisme, de cyber terrorisme, de cyber influence, de vol d’information classifiée et sensible, etc. Désormais des groupes de pressions posent des actes de piratage pour marquer un point de vu politiques, des Etats s’espionnent entre eux pour obtenir ou conserver des avantages stratégiques (économique, idéologique ou militaire), les grandes entreprises et multinationales s’espionnent pour conserver l’avantage compétitif sur le marché, etc. On a ainsi vu apparaître les notions de cyberguerre, d’Organisation d’Importance Vitale (organisation dont la compromission peut porter atteinte à la sécurité de l’Etat), de cyber armement, d’encerclement cognitif, de cyber souveraineté ou souveraineté numérique…

Malheureusement, pendant que le reste du monde suit cette évolution en migrant vers un paradigme de cyberdéfense et le développement d’une vrai vision stratégique du cyberespace, force est de constater que les pays africains pour la plupart reste dans la poursuite d’un idéale dépassé de lutte contre la cyber délinquance et la cybercriminalité. Cette démarche est désormais insuffisante et inadaptée face à la mutation et à la complexification des menaces. En Afrique nous avons clairement un déficit de pensée stratégique relative au numérique et au cyber. Nous faisons collectivement preuve d’une forme de suivisme sur l’adoption des concepts, des normes, des réglementations etc. promues par l’occident ou les organisations internationales sous son contrôle (ICANN, IETF, W3C, etc.), et qui sont pourtant développés et décidés loin de nos préoccupations et parfois contre nos intérêts.

Fort de ce constat, l’initiative d’un Laboratoire Africain de Cyberstratégie vise à sonner l’urgence et à apporter une contribution significative à la réalisation d’un programme de souveraineté numérique du continent.l

La vision globale de ce laboratoire est d’aider les pouvoirs publics à définir les fondements d’une stratégie du cyberespace Africain en tenant compte de toutes ses dimensions, puis à élaborer un guide pratique pour sa construction, son développement, sa protection, sa valorisation et sa consolidation. Le laboratoire à travers ses missions, participera également par des actions ciblées à la mise en oeuvre de cette vision.

Nos principales missions sont:

 

  • Elaborer les fondements théoriques d’une cyberstratégie Africaine, et un guide pratique pour sa mise en œuvre.

 

 

  • Proposer des modules de formation pour initier les différents acteurs Africains aux paradigmes de cyberstratégie, souveraineté numérique et cyberdéfense.

 

 

  • Conseiller et accompagner les institutions, gouvernements, et entreprises Africaines en matière de stratégie dans le cyberespace.

 

 

  • Assurer une cyber veille pointu, et proposer régulièrement les bonnes pratiques et précautions élémentaires en matière de cyberdéfense.

 

 

  • Faire des propositions de mise à jour et d’optimisation de la règlementation en Afrique, pour intégrer la notion de cyberdéfense. Proposer aussi des normes en la matière, compatible avec les réalités du continent Africain.