Le panafricanisme à l’épreuve de la « Cybercolonisation » de l’Afrique !

Le panafricanisme à l’épreuve de la « Cybercolonisation » de l’Afrique !

À la fin de la colonisation « classique » obtenue par les luttes de libérations des peuples opprimés, les multinationales ont pris le relai des États coloniaux… Ces agents du capitalisme financier se sont installés sur le continent, ont utilisé la main-d’œuvre locale pour extraire et exploiter les matières premières au seul profit de la métropole, développant ainsi une économie à rentabilité externe dite extravertie. C’est ce modèle capitaliste postcolonial que dénonçait le leader Kwame Nkrumah en parlant de néo-colonisation ! Dans son livre « Néo-colonialisme, dernière étape de l’impérialisme », cette figure majeure du panafricanisme contemporain nous dit ceci :

« …les méthodes des néocolonialistes sont subtiles et variées. Ils opèrent non seulement dans le domaine économique, mais aussi dans les sphères politiques, religieuse, idéologique, culturelle. »     

À la liste de domaines dressée par Nkumah on peut objectivement ajouter la sphère numérique, car se reproduit sous nos yeux… un nombre restreint de pays industriellement avancés, avec des moyens technologiques plus modernes et plus sophistiqués, étend son implantation dans le cyberespace africain. Cela se manifeste par le débarquement massif des géants du numérique (GAFAM, IBM, Huawei, etc.) en Afrique, qui en plus de construire des infrastructures stratégiques dont ils garderont le contrôle (centre de données, câble sous-marin, laboratoires de haute technologie, etc.), sont aussi les principaux investisseurs dans le domaine des incubateurs technologiques. D’après le mathématicien français Cédric Viliany, cette présence va se traduire par la captation à la fois des données, des talents, et de la valeur produite par ces derniers au détriment des citoyens du continent.


Panafricanisme-et-cybercolonisation-de-l’Afrique

Founder & CEO at | Website

Ingénieur de formation, Entrepreneur et Consultant en Cybersécurité et Cyberdéfense, je milite et travaille pour une transformation numérique "sécurisée" en Afrique à travers plusieurs activités. Auteur d'un livre et de plusieurs articles, je suis promoteur de la startup ENA-Group qui conseil et accompagne les organisations africaines dans leur réflexion stratégique et développement des solutions autour du cyber. C’est aussi dans cette optique que j’ai fondé le « Laboratoire Africain de Cyberstratégie », et que j’enseigne la " Cyberstratégie Africaine" à l'EPA (Ecole Politique Africaine) de Paris.

Comments are closed.